Prix de l’eau : les Français appelés à participer à « une opération transparence »

Publié le par jack palmer

60 millions de consommateurs et la fondation France Libertés appellent les Français à participer à une enquête collaborative pour établir "une cartographie complète du prix du service de l'eau", avant l'arrivée à échéance d'ici 2015 des contrats des trois-quarts des communes.

« Trouver des informations sur le prix du service de l’eau et comprendre sa facture relève du parcours du combattant », regrettent lundi 21 mars 2011 dans un communiqué le mensuel consumériste et la fondation présidée par Danielle Mitterrand, évoquant des disparités de prix allant de 1 à 7 selon les communes.

La loi prévoit pourtant que « chaque citoyen puisse accéder aux informations sur l’eau qui coule de son robinet ».

L’enquête, lancée à l’occasion de la journée mondiale de l’eau mardi, vise à savoir « combien coûte l’eau, commune par commune, quels services se cachent derrière ce prix, qui gère l’eau, etc. »
Une synthèse des résultats sera présentée en mars 2012 à Marseille.

Seulement 1.800 collectivités qui communiquent
Sur le site www.prixdeleau.com, développé par le média social OWNI, les participants pourront compléter les informations dont dispose l’Onema, actuellement communiqués seulement par 1.800 collectivités sur 36.000.

Facture à la main, il s’agira d’indiquer le montant de son abonnement hors taxes, de l’assainissement et de la consommation, le total de sa facture, ainsi que la consommation d’eau en m3, le nom du gestionnaire et les dates de facturation.
Une photo ou un scanner seront requis pour valider ces données.

Grâce à ce site, les citoyens et les élus pourront comparer alors que « le manque de transparence du prix et de la qualité du service est criant, il est nécessaire de faire changer les choses », estime Danielle Mitterrand, qualifiant l’eau de « bien commun de l’humanité ».

« L’eau du robinet n’est pas une banale marchandise », souligne de son côté Marie-Jeanne Husset, directrice de 60 millions de consommateurs. Son prix « traduit la plus ou moins bonne performance du service rendu à l’usager et l’opacité règne toujours », regrette-t-elle.

Entre 1994 et 2009, le tarif moyen du m3 a augmenté de 50% à 3 euros, indiquent les initiateurs de l’enquête, citant des chiffres de l’Insee, une hausse qui selon Mme Husset reflète « surtout le coût de plus en plus élevé des traitements ».

Un litre sur quatre perdu à cause de l’état des canalisations
Le mensuel et la fondation réclament un investissement sur le long terme pour rénover les canalisations, dont l’état est « catastrophique », avec un litre sur quatre perdu en chemin, font-ils valoir, citant des chiffres du ministère de l’Ecologie.

D’autant que « les collectivités territoriales connaissent très mal leurs réseaux, que les canalisations sont souvent vieilles de plus de 40 ans et que l’on ignore même jusqu’à leur emplacement, leur état ou bien la date de pose ».

Autre source d’inquiètude, l’opacité de l’entretien et l’amortissement des compteurs d’eau, qui peuvent être source de surfacturation.

Par ailleurs, ils souhaitent alerter les Français sur les conséquences environnementales de l’exploitation du gaz de schiste, suspectée de contaminer l’eau du robinet.

Pour un nouveau modèle économique
Le mensuel et la fondation prônent également un nouveau modèle économique pour le service public de l’eau: incitation à une baisse de la consommation, « tarification adéquate aux plus démunis », prix différent selon que le l’usager est un particulier, un agriculteur ou un industriel.

 

Cet article est en relation avec le dossier

Publié dans service public

Commenter cet article