Promenade dans le " Paris communard"

Publié le par jack palmer

Photo : Marion d'Allard. Humanité/DR    Culture - le 20 Mars 2011


Les Amis de la Commune de Paris (1871), célébration du souvenir et espoir en l'avenir.

Reportage. Les Amis de la Commune de Paris (1871), première organisation du mouvement ouvrier français, crée en 1882 par les communards de retour d'exil, ont célébré vendredi, le 140e anniversaire de la Commune de Paris. L'association a donc organisé un « Paris communard », déambulation du souvenir et de la mémoire dans les rues parisiennes, sur les lieux symboles de la révolution communarde.

Dans les ruelles de Montmartre, autour du Sacré Cœur (square Louise Michel), dans les jardins du Luxembourg, dans le quartier latin, au cimetière du père Lachaise et sur la place de l'Hôtel de ville, incendié en 1871 par les communards.

Étape symbolique s'il en est, le Mur des Fédérés (cimetière du père Lachaise), où des centaines de Communards furent sommairement exécutés lors de la semaine sanglante.

Dans les allées pavées du cimetière parisien, silencieusement, de tombes en tombes, il était bien question l'histoire et de ce qui l'ont faite.

Jean Batpiste Clément, Jules Vallès, Benoit Malon...

Puis, direction les jardins du Luxembourg, via la place de la République...

 

Sous la Commune, les jardins du Luxembourg, comme la caserne Lobau, l'Ecole Militaire ou le parc Monceau fut un lieu d'exécution massive.

 
   

 

C'était la Cour prévôtal du Luxembourg, que  Pierre Charbonneau, garde antional, décrira en ces termes : « parodie d'interrogatoire, défense inutile. Les suppliciés jetés dans d'immenses fosses creusées à la hâte avec une couche de chaux vive. Les soldats piétinent dans le sang et le mur de la terrasse ruisselle de cervelles. »

Point d'orgue de cette journée de célébration, les Amis de la Commune (1871) avait installé sur le parvis de l'Hôtel de ville, scènes et stands.

Vendredi, le drapeau rouge de la Commune flottait face à l'Hôtel de ville, comme un clin d'oeil à l'Histoire...

Dans les quatre stands installés sur le parvis de l'Hôtel de ville, des brochures, des livres, des foulards et autre parapluies à l'effigie et au profit de l'association était en vente. Mais également une « valise pédagogique », créée par l'association Louise Michel et mise en vente à destination des enseignants. Car une des grande batailles des Amis de la Commune (1871) reste que cette période de l'histoire, soit enseignée dans les écoles. Ce qui n'est pas le cas, ou très partiellement...

Au programme, d'une après midi d'histoire et de culture: théâtre, musique, et poésie.

Les bénévoles de l'association ont donné deux représentations d'une pièces écrites par l'en d'entre eux. Une pièce sur fond de barricades...

Face à un public captif et … mouillé.

Puis, les slameurs ont pris le micro et la scène.

 

Une belle journée, malgré la pluie.

A la fin du mois de mars, les Amis de la Commune organiseront le banquet annuel de la Commune, rendez-vous incontournable de la vie de l'association. Une association vivante et militante qui a encore prouvé vendredi, que l'Histoire se conjugue au présent.

Au centre, Jean-Claude Liebermann (secrétaire général des Amis de la Commnue) entouré de sa femme(à droite) et de membres de l'association.

Reportage réalisé par Marion d'Allard

Publié dans liberté

Commenter cet article