CGT / Intempéries : la RATP fait du profit sur le dos des machinistes !

Publié le par jack palmer

La région parisienne a été paralysée à plusieurs reprises par la neige. La situation a été marqué par une absence d’anticipation de la part de nombreuses directions de dépôt du département BUS de la RATP, et l’obsession de faire payer leur absence aux machinistes, alors que le contrat prévoit le paiement de la RATP par le STIF! 

Ajouté à des conditions climatiques exceptionnelles, la désorganisation des services publics provoquée par la politique du gouvernement a fait le reste pour créer une pagaille totale.

La RATP en a encore rajouté. Le 8 décembre par exemple, Météo France avait bien prévu jusqu'à 10 centimètres de neige à partir de midi. A 17h30 il y avait encore 660 bus dehors sur les 3500 que la RATP avait en service!

A chaque épisode neigeux de nombreux collègues ont mis des heures pour venir travailler ou retourner chez eux, certains sont même restés au dépôt.

Nombre d'entre eux ont été sanctionnés par des retenues sur leurs comptes de temps.

Ce qu’il faut savoir c’est que la RATP est payée par l'autorité organisatrice en cas de tempête de neige au titre de l'article 71 « force majeure et aléas exceptionnels » du contrat STIF-RATP même si le service n’est pas assuré.

Les machinistes sont animés par leur attachement au service public et l'ont prouvé en rejoignant leur poste de travail malgré des difficultés considérables, ils ne doivent pas être sanctionnés. Les conditions climatiques exceptionnelles ne doivent pas être l'occasion pour une direction qui, elle, tourne le dos aux valeurs du service public, et est engagé dans une démarche de privatisation rampante, d'en profiter au détriment des agents.

Communiqué de presse

Publié dans service public

Commenter cet article