Brassens embastillé!

Publié le par jack palmer

Ce n’est pas à Damas ou à Téhéran mais à Toulouse. Une trentaine de personnes entonnant un refrain devenu classique ont été arrêtés par la police et sont destinés dans les jours prochains à être déférés devant des juges pour ce crime, avoir chanté  Hécatombe, de Georges Brassens et ses «mégères gendarmicides» du marché de Brive-la-Gaillarde.

A quelques jours de la fête de la Musique, sachez-le, le poète sétois est désormais interdit et on imagine que Ferrat, Ferré et bien autre ne pourront plus être fredonnés qu’en, présence d’amis très sûrs. Un Rennais de 27 ans a déjà été même condamné à 100 euros et à 40 heures de travail d’intérêt général, le 27 mai, parce qu’il avait repris la même chanson depuis une fenêtre de Cherbourg.

Au juge assez borné pour condamner le chanteur à la pipe, dédions ce couplet de « Gare au gorille » :
« La suite serait délectable,
Malheureusement, je ne peux
Pas la dire, et c'est regrettable,
Ça nous aurait fait rire un peu ;
Car le juge, au moment suprême,
Criait : "Maman !", pleurait beaucoup,
Comme l'homme auquel, le jour même,
Il avait fait trancher le cou.
Gare au gorille !... »

 


 


Patrick Apel-Muller

Publié dans liberté

Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :

Commenter cet article