Consentante, mon cul ?

Publié le par jack palmer


"Ah non monsieur le juge, je l'ai pas violée, parce que violer c'est quand on veut pas, et moi je voulais !" Coluche.

Y'a des mots chargès comme un escadron du GIGN. Ainsi en est-il de "consentant" ou plutôt "consentante", tant il apparait le plus souvent au féminin. Le lire, ou l'entendre allume immédiatement mon système d'alarme perso. Méfiance, méfiance. Consentir, dans mon dictionnaire c'est "accepter que quelque chose se passe".

Quand il s'agit de sexe, ça veut dire quoi, au juste ? "Ecarte, ça me suffit" ? "J'men fous que tu jouisses, du moment que je prends mon pied" ? "Fais un effort, simule ..." ?

Piètre baiseur, déplorable amant, médiocre amoureux, gros nul que celui qui se contente de ce genre de message.

Consentir signifie: "C'est pas que ça me fait plaisir, mais bon ..." ou "Dépèche toi donc, que tu me débarasse ...", "J'accepte que ça se passe, mais boff ..." y'en a à qui ça suffit, les gars ? Un conseil les filles, sachez repérer et fuir à foufoune rabattue ces néfastes malbaisants ...

Pourtant le mot est florès. On le trouve dès qu'on en vient à la violence, aux abus, aux agressions, aux pratiques justifiées par l'ancestral proverbe "Qui ne dit mot, consent" Ca vaut son pesant de bonne conscience ... Sauf que ... Qui ne dit mot, préfère fermer sa gueule, nuance. Parce que l'ouvrir peut être pire, voire dangereux. mortel même.

"Relations sexuelles consenties" a dit le procureur de la République au sujet de l'ado attirée par le biais d'Internet chez un récidiviste de 44ans. Un représentant de la justice a fait siens les mots des violeurs, répétés a l'envi dans les médias.

Ca vous étonne ?

Moi pas. Porte ouverte à tous les vandales manipulateurs avides de chair fraiche et d'innocence.

Ce n'est pas Internet qui est à blamer. C'est la complicité des institutions.

On n'est "consentante" que quand on ne sait pas, ou qu'on ne peut pas, s'opposer à un abus.

Quand on s'apprête à faire l'amour, et non à le subir, on n'est pas consentante, on est désirante. C'est pas du tout pareil. Ca veut dire qu'on a envie. Ca veut dire que chaude comme la braise et glissant comme une savonette on s'apprête a prendre du plaisir, à se goinfrer, à l'unisson avec son homme bandant et désirant, lui aussi. prêts à s'envoler, ensemble.

Autrement, si c'est pour attendre en comptant les poutres du plafond que l'autre ait fini de limer sans autre joie que de se vider les joyeuses en imposant sa volonté, autant regarder les feux de l'amour à la télé, c'est moins irritant.

Ceux qui font semblant de ne pas faire la différence n'ont qu'a restés mariés avec leur main droite.

Isabelle ALONSO



Publié dans Société Politique

Commenter cet article