Union contre les expulsions locatives

Publié le par jack palmer

Comment prévenir les expulsions pour des impayés locatifs? Face à l’augmentation du nombre des expulsions ces dernières années à Valenton (11 en 2008, 14 en 2009 et 19 en 2010), la municipalité se dote aujourd’hui d’un nouvel outil pour agir en amont, bien avant que les familles tombent dans la spirale de l’endettement et qu’une convocation au tribunal vienne sceller leur sort.


A 11 heures, à l’hôtel de ville, la municipalité, les bailleurs sociaux, l’espace départemental des solidarités de Villeneuve-Saint-Georges, le centre socioculturel de la Lutèce et la CAF signeront un protocole unissant leurs efforts en faveur des familles en difficulté. Concrètement, il s’agit de la mise en place de « commissions locales de suivi des impayés locatifs ».

Favoriser le règlement à l’amiable

L’objectif est donc de prévenir les expulsions en favorisant le règlement à l’amiable des dettes locatives, ainsi que le maintien dans les lieux. A ce jour, 68 familles valentonaises font l’objet d’une procédure d’expulsion. « Les expulsions relèvent d’un autre temps. A Valenton, le premier arrêté contre cette pratique date de 1986. Il y en a eu sept depuis, tous cassés par le tribunal administratif. Avec ce protocole, dès le deuxième mois de retard de loyer, une intervention est prévue. Pour cela, il faut que les familles acceptent le dispositif car les bailleurs n’ont pas à transmettre ces informations à la ville, explique la maire PC, Françoise Baud. Si certains bailleurs ont mis en place un travail pour éviter ces situations, il est parfois plus facile pour un locataire de se rendre dans les services d’une mairie qu’auprès du bailleur, qui apparaît comme le créancier. »
La ville compte six bailleurs sociaux. Cinq d’entre eux signeront le document aujourd’hui (IDF Habitat, Immobilière 3F, France Habitation, Valophis Habitat et Opievoy). Le dernier, Osica, s’engage aussi dans la démarche, mais sans formalisation écrite. Ils représentent 2600 logements à eux tous. « Depuis quelques années, nous constatons une paupérisation de nos locataires, qui est un peu plus marquée dans cette ville, ajoute Jean-Jacques Grandcoing, responsable adjoint de l’agence les Malicos pour IDF Habitat. A Valenton, nous avons 330 logements et une soixantaine de familles en précontentieux (NDLR : moins de trois loyers impayés). Lorsqu’elles accrochent avec nos travailleurs sociaux, on lance la démarche pour les aider, mais souvent elles font l’autruche ou elles évacuent le problème en nous disant : Demain, je règle tout. L’important est de ne pas laisser ces familles seules. »

 

 CHRISTINE MATEUS | 16.12.2010, 07h00

 

Bel exemple de ce que font les communistes lorsqu'ils sont à la tête d'un conseil municipal ...

A Boissy ???

On  verra pendant la prochaine campagne(municipale) électorale à moins d'être sortis de l' Europe d'ici la, nous et notre petit village. Bref, c'est la faute des autres et on n'y peut rien, les capitalistes sont vraiment des très méchants ..

Pour l'instant la priorité de certains(de gauche!) est de conclure des alliances pour éjecter Christian Favier de son poste de président du CG.

On ne peut pas tout faire.

Publié dans Société Politique

Commenter cet article