UN COUP DE JEUNE POUR NOS RETRAITES

Publié le par jack palmer

« Ensemble, créons un front de riposte inédit »

 

Avec la réforme des retraites, nous sommes face à un choix de civilisation : en 2050, 30 % de la population sera âgée de 60 ans et plus.
La droite a un projet simple : casser le droit à la retraite à 60 ans et tirer vers le bas le niveau des pensions pour aller vers un système par capitalisation.
Nous pensons qu’un autre choix est possible, il est nécessaire de conforter notre système actuel de solidarité par répartition à partir des principes suivants :
1. la retraite à 60 ans à taux plein, c’est à dire concrètement à 75% du salaire de référence.
2. La reconnaissance de cette retraite comme un temps utile pour la société.
3. La sécurisation de l’emploi entre 18 et 60 ans en permettant que toutes les périodes d’emploi, de chômage ou de formation ouvrent droit à cotisation.
Il est temps de mener le débat sur cette question majeure à l’échelle du pays en dénonçant l’idée qu’il n’y aurait qu’un seul choix, celui de Nicolas Sarkozy et de
ses amis de la finance, celui de travailler plus pour en définitive vivre moins.
4. Élever le volume et le taux des cotisations pour la retraite en faisant cotiser les revenus financiers et en pénalisant les entreprises qui font du chômage.  

 

La droite est en difficulté, c’est le moment de nous rassembler autour de propositions en rupture avec ses choix libéraux.
Les solutions existent pour assurer à chacun et chacune une belle retraite.
Le PCF, avec le Front de Gauche, appelle toutes les forces politiques de gauche, tous les syndicats et les associations, tous les citoyens et citoyennes à se rassembler.
Ensemble, créons un front de riposte inédit, un front de propositions, un front politique, social, citoyen et inter-générationnel gagnant qui porte une ambition pour toute la société.

Ensemble, unissons-nous contre la droite pour défendre la retraite.

  

 

Pierre Laurent

 Coordinateur du PCF
Marie-George Buffet
Secrétaire nationale du PC

 

Les positions du Parti communiste français :

• Un système basé sur les cotisations salariés et employeurs et non sur une fiscalisation.
• Un régime de retraite par répartition avec une indexation des pensions sur les salaires et non les prix. Nous voulons abroger les réformes Balladur
et Fillon avec notamment la suppression de la décote et le retour aux dix années de références pour le secteur privé.
• Un régime complémentaire actuel à consolider et à pérenniser dans le cadre de négociations avec les organisations syndicales.
• Un départ à 60 ans à taux plein (75% du salaire de référence) pour tous et toutes avec la prise en compte de la pénibilité, négociée avec les organisations syndicales, de professions particulières donnant droit à des départs anticipés.
• Les dispositions spécifiques pour les femmes doivent être maintenues et améliorées par la négociation.
• La validation des années d’études dans le calcul de la retraite.
• La mise en place d’une allocation d’autonomie et de formation de la jeunesse et une garantie d’emploi et de formation tout au long de la vie qui permette de cotiser dès 18 ans pour financer une retraite à taux plein.
• La sécurité d’emploi et de formation tout au long de la vie active.
C’est possible avec :
• Une réforme du financement passant par une refonte des cotisations avec la modulation de leur calcul, pour pénaliser
les entreprises qui réduisent l’emploi et les salaires.
• Dans l’immédiat la mise en place de cotisation au même taux que pour les salaires sur les revenus financiers des entreprises pour la protection sociale dont les retraites.


Où trouver les financements pour une réforme progressiste des retraites ?
En 2009, le déficit de la branche retraite était de 7,7 milliards. Les trois pistes de financement pour les retraites de la droite :

1. réduire le niveau des pensions.
2. Augmenter la durée des cotisations.
3. Repousser l’âge de la retraite. Ils veulent nous faire payer la crise du capitalisme.

 

1 - « Des sacrifices pour sauver la retraite des jeunes ?» Mensonge !

En continuant leur politique de précarisation et de chômage, avec l’allongement des études, de nombreux jeunes ne pourraient prétendre à une retraite correcte avant 68 ans. Avec le report de l’âge du départ à la retraite, ils seraient en « concurrence » avec les anciens ! Le PCF propose qu’à partir de 18 ans, les années d’études donnent droit à des cotisations pour la retraite à 60 ans à taux plein. Développer l’emploi des jeunes, c’est la meilleure solidarité inter-générationnelle.


2 - 83 % des emplois à temps partiels sont occupés par les femmes.
Une femme gagne en moyenne 27% de moins qu’un homme. Leur déroulement de carrière est pénalisé par la ma- ternité. Les premières victimes des basses retraites sont les femmes dont les pensions sont de 50% inférieures à celles des hommes. Et elles seraient de nouveau touchées par les projets de la droite ? Pas touche aux trimestres supplémentaires pour elles !


3 - Les retraités ne sont pas des vieux hors d’usage.
Ils sont actifs, sans avoir à se présenter sur le marché du travail, libres de leur emploi du temps. Responsabilités associatives, con- seils et transmissions de savoir, garde de leurs petits enfants, travaux... leurs activités sont précieuses pour la société. Leur pension, est irrévocable.

 

4 - Ils appellent ça la réforme !
Conséquences des épisodes « Balladur » puis « Fillon » précédents : -20% sur le montant des retraites. Après la crise, Nicolas Sarkozy, a déclaré que plus rien ne serait comme avant. Et tout recommence, les mêmes recettes sur l’emploi, les salaires, le crédit et l’argent facile pour ceux qui en ont beaucoup... Autant de choix qui nous ont conduit droit dans le mur. Ce que leur réforme nous promet : une société où 35% des plus de 60 ans sont précarisés et le chômage massif pour les jeunes.

 

5 - Pourquoi le Medef veut les retraites par capitalisation ?
Aujourd’hui, les retraites, c’est un pactoles de 240 milliard s d’euros convoité par la finance. Il s’agit d’une opportunité pour les marchés et les spéculateurs : de l’argent frais pour jouer en bourse notre avnir. Reste à espérer que nos retraites ne partent pas en fumée comme aux USA avec la faillite de certains fonds de pension

 

4 PISTES PROPOSÉES PAR LE PCF POUR DÉVELOPPER NOTRE SYSTÈME DE RETRAITE :
1 Depuis 30 ans, les salariés français ont augmenté leur productivité et la richesse produite par notre pays considérablement. Captés aujourd’hui par la finance aux profits des actionnaires et des fonds spéculatifs, il faut les réorienter.
2 Pour financer les retraites, une cotisation sur les flux financiers qui détruisent la solidarité nationale. Cela rapporterait 22 milliards d’euros annuels.
3 Supprimer les 30 milliards d’exonération de cotisations sociales dont bénéficient le patronat. Ces cadeaux n’ont créé, ni sauvé aucun emploi, pire ils ont permis aux entreprises de financer leurs délocalisations. Utilisons dès à présent cet argent public pour un crédit qui serve l’emploi, les salaires et les retraites.
4 Une grande politique de recherche et d’industrie, mobilisant autrement le crédit bancaire, pour l’emploi, la formation et les salaires, pour solidifier les caisses de protection sociale et de retraite. 100 000 emplois, ce sont 2 milliards de cotisations sociales de plus.

 

Plus d’informations (positions, initiatives, ressources),

sur www.onnebatpasenretraite.fr
JE REJOINS LE PARTI COMMUNISTE FRANÇAIS
Nom et prénom :
Adresse :
E-mail :
A retourner : Parti communiste français - 2, place du Colonel-Fabien 75167 Paris Cedex 19    www.pcf.fr/adherer

Publié dans Retraites

Commenter cet article