« Nous ne pouvons accepter que l’on s’en prenne à nos pères, à nos mères »

Publié le par jack palmer

douet.jpg
Patrick Douet et Micheline Gervelas, candidats à l’élection cantonale des 20 et 27 mars prochain, s’indignent contre les attaques menées contre l’APA, Aide Personnalisée à l’Autonomie. Ils font des propositions qu’ils défendront au Conseil Général pour le financement et pour la prise en charge progressive des personnes agées en fonction de leur dépendance.

Nicolas Sarkozy a annoncé sa volonté d’engager une réforme de la dépendance.
Nous voulons vous dire toutes les craintes qu’elle nous inspire.
Ces craintes, elles s’adressent avant tout à nos aînés les plus fragilisés. Depuis huit ans, avec l’aide personnalisée pour l’autonomie, l’APA, notre département accompagne les personnes âgées dépendantes pour continuer à alléger du mieux possible la charge que représentent la vieillesse et la perte d’autonomie.
C’est, nous en avons conscience, un enjeu considérable et un véritable progrès humain, 
car, si nous devons vivre plus longtemps il nous faut accepter de faciliter ces années où souvent, peu à peu, la perte d’autonomie progresse et doit être accompagnée.
Aujourd’hui, 10300 Val-de-Marnais âgés bénéficient de l’APA.

C’est donc un coût à la mesure du défi de civilisation que représente l’allongement de la vie. Ce coût, à l’origine, devait être partagé à parts égales entre l’État et le département. Aujourd’hui, le département finance l’APA à plus de 70 % contre moins de 30 % par l’État. Cette situation injuste renvoie à la compensation des charges qui ont été transférées aux collectivités territoriales, dont les
départements, dont on nous explique qu’ils seraient inutiles par ailleurs.

En préparant une réforme de la dépendance, c’est une tout autre direction que le gouvernement paraît prendre. En effet, les premières hypothèses évoquent une diminution des droits, et, notamment, la suppression du droit à l’APA pour les personnes les moins dépendantes. 
Cela concernerait 6600 vals de Marnais.

On parle également de recours obligatoire à l’assurance privée pour tous à partir de 50 ans, voire même plus tôt. On parle aussi du recours sur succession dont on sait qu’il pèse d’abord sur les personnes âgées modestes, qui ne peuvent supporter que les quelques biens qu’ils veulent laisser à leurs proches, souvent l’effort de toute une vie, soient hypothéqués pour couvrir leur dépendance.
On parle enfin de la hausse de la CSG, au moment où le pouvoir d’achat de nos concitoyens est au plus bas. 
Tout cela est profondément injuste et culpabilisant. C’est tout le contraire de l’esprit de solidarité et de dignité qui nous anime.

Pour toutes ces raisons, nous ne pourrons accepter que l’on s’en prenne encore aux droits des plus fragiles. Nous ne pourrons accepter que l’on s’en prenne à nos pères, à nos mères, qui, tout au long de leur vie active, ont beaucoup donné et méritent en retour tous les égards de la société. Nous serons donc partie prenante de ce débat sur la dépendance, qui constitue un vrai choix de société. 
Nous voulons affirmer avec beaucoup de fermeté que nous n’hésiterons pas à en appeler à votre mobilisation. La défense des droits de nos proches à une vieillesse digne, financée par la solidarité nationale le nécessitera. 

En la matière, la solidarité demanderait que les richesses produites bénéficient à tous quand aujourd’hui elles ne vont qu’à quelques-uns.

Nous entendons relayer l’appel à nous indigner que vient de lancer le grand résistant Stéphane Hessel. L’esprit d’indignation, l’esprit de résistance, l’esprit du Conseil National de la Résistance, les réalisations qui ont été mises en oeuvre à la libération, dans une France pourtant bien exsangue, demeurent actuels et sources d’inspiration, de modèles pour le progrès humain.
Cette indignation c’est avant tout une question de justice et d’égalité. De justice, d’égalité pour l’avenir.

Nous savons pouvoir compter sur l’indignation que soulèvera aujourd’hui ce nouveau projet de Nicolas Sarkozy pour imposer d’autres choix demain au département.
Avec notre candidature les dimanche 20 et 27 mars 2011, lors du scrutin de l’élection cantonale, vous soutiendrez nos propositions concrêtes : 

Défense et renforcement des structures de prises en charges des personnes agées dépendantes, notamment des unités de soins de longue durée, USLD, dans les hôpitaux publics du département.
Création de nouvelles structures adaptées au différents niveaux de dépendance dont des EHPAD, et maisons de retraites.
Compensation à l’euro près de l’engagement du département en faveur de l’APA par l’Etat, comme lors de sa création.


Dimanche 20 MARS, Dimanche 27 MARS, pour être utile à Bonneuil et agir pour le Val de Marne.

 

Dépendance : Sarkozy ne pense qu'au privé

Publié dans Cantonales 2011

Commenter cet article