Nous disons que l’hôpital public n’est pas une entreprise.

Publié le par jack palmer

Les élus communistes du Conseil général du Val de Marne ont à cœur de défendre l’hôpital public

Personnels hospitaliers, usagers de l’hôpital Henri Mondor, universitaires, chercheurs, étudiants, élu-e-s locaux, parlementaires… le rassemblement autour de la défense du Groupe hospitalier Albert Chenevier/ Henri Mondor n’en finit pas de s’élargir et de converger sur la dénonciation de la restructuration des groupes hospitaliers de l’AP-HP engagée par le Directeur de l’Agence régionale de Santé d’Ile de France (ARS), Claude Evin.

Depuis l’annonce de la fermeture du service cardiologie du CHU Henri Mondor, unique service de chirurgie cardiaque de tout l’Est francilien, de renommée internationale, l’ARS et la Direction générale de Mondor n’ont cessé de se renvoyer la balle et la responsabilité d’une décision qui paraît de plus en plus absurde et inique au regard des enjeux de santé publique.

Non seulement, l’existence même des trois établissements du groupe, Henri Mondor, Albert Chenevier et Emile Roux est menacée à brève échéance ; mais c’est toute la qualité des soins pour toutes et tous, l’accueil, le soin dans la sécurité, allant de pair avec les besoins des personnels pour de meilleures conditions de travail, gérer leur temps de soignant dans la sérénité et la sécurité des patients qui est dans le collimateur des politiques gouvernementales…

Claude Evin et Xavier Bertrand, Ministre de la Santé, auront beau s’en défendre, cette décision s’inscrit dans la mise en œuvre à marche forcée de la Loi Bachelot Hôpital, Patients, Santé, Territoires (HPST) avec l’objectif de livrer l’offre de soins publics aux grands groupes de santé privé, réduire l’emploi public, la formation, les salaires, la retraite, partout, dans tous les services, les urgences, les blocs, les services de pointe comme la cancérologie ou les maternités, les services de gériatrie, de psychiatrie…

L’importance et la diversité des mobilisations pour la défense de l’hôpital public qui ont lieu dans les régions de France en apportent la preuve tous les jours.

Nous disons que l’hôpital public n’est pas une entreprise, que la santé n’est pas une marchandise, nous disons que l’opposition à la loi HPST est vitale pour la préservation et le développement des services publics en matière sanitaire. Nous soutenons avec toute la force de notre engagement, les personnels et les usagers en lutte pour la défense de l’hôpital public en étant présents le jeudi 10 mars 2011 de 11h30 à 13h30 devant le Ministère de la Santé et le 2 avril à la journée nationale d’action unitaire contre la politique gouvernementale mise en place par les Agences régionales de santé.

Les élus du groupe communiste du Conseil général

Pierre Bell-Lloch, Chantal Bourvic, Daniel Davisse, Gilles Delbos, Alain Desmarest, Christian Favier, Laurent Garnier, Christian Hervy, Marie Kennedy, Danielle Maréchal, Maurice Ouzoulias, Liliane Pierre, Evelyne Rabardel, Gilles Saint-Gal, Pascal Savoldelli, Marc Thiberville.

 

Le Val-de-Marne, on y tient ! http://www.cg94.fr/on-y-tient

Publié dans 94

Commenter cet article