Logement social et soutien aux personnes en difficulté

Publié le par jack palmer

 


Le logement constitue une des premières préoccupations des Val-de-Marnais. Si l’État reste le pilote de la politique du logement en France, l’ampleur des besoins rend nécessaire l’intervention volontaire et ambitieuse du Département.

Lors de la commission permanente du 15 novembre, les conseillers généraux ont, une nouvelle fois, décidé d’intervenir en faveur du développement du logement social pour tous les Val-de-Marnais et sur tout le département.

Ainsi, ils ont adopté deux délibérations portant sur différents programmes de construction de logements sociaux.

Au total, 765 logements sont programmés sur 11 communes du territoire départemental pour un montant global (subventions départementales) de près de 6 millions d’euros. En voici le détail :

  • la reconstruction de 62 logements locatifs sociaux à Orly au titre de l’ANRU (Agence nationale de rénovation urbaine) pour un montant de 520 800 euros, et deux autres opérations portant sur 50 et 37 logements pour un montant de 730 800 euros ;
  • l’acquisition-amélioration d’un logement à Saint-Maur (8 400 euros) ;
  • la construction de 23 logements à Vincennes (193 200 euros) ;
  • l’acquisition-amélioration d’un logement à Choisy-le-Roi (8 400 euros) ;
  • cinq opérations au titre de l’ANRU (161 logements pour 1,33 million d’euros) à Vitry-sur-Seine ;
  • la construction de 156 logements, à Alfortville (1,31 million d’euros) ;
  • la construction de 70 logements à Thiais, au titre de l’ANRU (588 000 euros) 
  • l’acquisition-amélioration de 63 logements à Saint-Maurice (337 200 euros) ;
  • la construction de 30 logements, à Limeil-Brévannes (194 927 euros) ;
  • la construction de 15 logements, à Sucy-en-Brie (55 815 euros) ;
  • la construction de 96 logements à Chevilly- Larue (548 400 euros).

Avoir un logement, c’est bien, mais pouvoir y rester s’avère très difficile pour de plus en plus de personnes. Ainsi, 54 000 demandeurs de logement sont recensés en Val-de-Marne. Parmi eux, 14 562 relèvent du droit au logement opposable (DALO) et le nombre de personnes menacées d’expulsion a augmenté, entre 2008 et 2009, de 37 %.

C’est dans ce contexte de crise que les élus départementaux ont décidé de reconduire la convention avec l’ADIL (Agence départementale d’information sur le logement), relative à la mission de conseil et d’assistance à l’attention des ménages en procédure d’expulsion pour impayés de loyers.

Rappelons qu’aujourd’hui ce dispositif, inscrit dans le plan départemental d’actions pour le logement des personnes défavorisées (adopté en 2009), permet, d’une part, l’information des personnes confrontées à un risque d’expulsion avec la mise en place d’un numéro de téléphone gratuit et, d’autre part, d’assurer l’expertise juridique des Val-de-Marnais engagés dans une procédure contentieuse.

Ce dispositif est régi par une convention entre l’État et le Département pour une durée de trois ans. La nouvelle convention portera sur la période 2011-2013. Elle sera financée à hauteur de 47 150 euros pour chacun des deux partenaires, sous la forme d’un acompte de 50 % en début d’année et du second sur production du bilan annuel.

Alain JEGOU
ValdeMarne / Numéro 274 / Décembre 2010

Publié dans Département 94

Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :

Commenter cet article