« Le logement, un droit fondamental »

Publié le par jack palmer

À quinze jours de la reprise des expulsions, les sénateurs CRC-SPG proposent une loi.

Le 15 mars marque le retour des expulsions locatives. Si la Sarkozye joue avec son remaniement ses dernières cartouches, il n’empêche que la chasse aux locataires en difficulté reprend. En hausse de 50 % depuis dix ans, ces procédures ont représenté plus de 110 000 cas en 2009.

Les sénateurs communistes et du Parti de gauche ont donc présenté hier une proposition de loi pour « mettre fin à cette pratique barbare et réactionnaire ». Le texte devrait être mis en débat à la Haute Assemblée le 5 mai prochain. « Aujourd’hui, le logement reste le premier poste de dépense des ménages. En 2010, nos concitoyens ont consacré 29,7 millions d’euros au logement. L’augmentation des loyers représente les trois quarts des dépenses courantes », rappelle Odette Terrade, sénatrice PCF du Val-de-Marne. Le texte prône notamment l’interdiction de toute expulsion sans proposition de relogement et la refonte du comité de suivi Dalo. Se fondant sur « les obligations internationales contractées par l’État », le document souhaite également légitimer les maires ayant recours aux arrêts anti-expulsions. D’autant que « les expulsions ne règlent rien et coûtent plus cher à la société que le maintien dans les lieux », ajoute Jean-Jacques Porcheron, responsable logement de l’Association nationale des élus communistes et républicains.

« Cette démarche n’est pas seulement la bienvenue, il fallait la prendre. Ce texte va dans le bon sens », s’est réjoui le président de la Confédération nationale du logement, Serge Incerti-Formentini. « La mobilisation monte. Cette loi est tout à fait à propos et nous convient parfaitement », reconnaît pour sa part Jean-Baptiste Eyraud, porte-parole de l’association Droit au logement. Une manifestation nationale sera organisée le 12 mars prochain.

Lionel Decottignies

Publié dans Société Politique

Commenter cet article