Le débat UMP sur la laïcité ? « J'peux pas, j'ai dentiste »

Publié le par jack palmer

Rue89 a relevé les mots d'excuse de la majorité pour sécher la convention de mardi, sans froisser Jean-François Copé.

C'est le nouveau « ni-ni » de la droite. Ni cautionner par sa présence la convention de l'UMP sur la laïcité, ni insulter l'avenir en se fâchant avec Jean-François Copé. Pour tenir cette position, une seule solution : avoir une excuse béton.

Au moins aussi solide que ce rendez-vous chez le dentiste absolument impossible à annuler qui vous revient subitement à l'esprit quand un collègue un peu lourdingue vous invite à passer prendre l'apéro.

Frénésie de remplissage d'agendas

A côté de ceux qui sècheront pour marquer leur hostilité à cet événement qu'ils jugent, au choix, inutile ou stigmatisant pour les musulmans, (François Fillon, Roselyne Bachelot, Gérard Larcher, David Douillet, Dominique Paillé, Christian Estrosi…), on voit des figures de l'UMP prises d'une frénésie de remplissage d'agendas.

Mardi 5 avril, entre 16 heures et 19 heures ? Ah, c'est trop bête, ils ne peuvent vraiment pas.

► Bernard Accoyer

Bernard Accoyer au conseil national de l'UMP à Paris, le 30 janvier 2010 (Audrey Cerdan/Rue89).Bernard Accoyer, le président de l'Assemblée, est retenu par les questions d'actualité, suivies d'un vote, d'une explication de vote, et, à 17 heures, d'un événement « prévu de longue date » consacré aux comités secrets de 1871. Autant dire qu'il n'aura vraiment pas le temps de passer.

► Philippe Marini

Philippe Marini aux Journées parlementaires UMP en 2009 (Audrey Cerdan/Rue89).Le sénateur de l'Oise (et secrétaire national du parti en charge de la politique monétaire) Philippe Marini n'ira pas « mais ce n'est pas un choix délibéré », assure une de ses collaboratrices.

« C'est simplement qu'il n'a pas reçu d'invitation. Et de toute façon, il a déjà des réunions prévues toute la journée. »

► Jean-Pierre Raffarin

Jean-Pierre Raffarin à l'université d'été de l'UMP à Royan, en septembre 2008 (Audrey Cerdan/Rue89).Jean-Pierre Raffarin, pourtant premier vice-président du conseil national de l'UMP, sera un peu jet-laggé après le voyage en Chine qu'il effectue. Surtout, c'est ballot, comme il est désormais vice-président du Sénat, il a été collé d'office président de la séance de travail sur le projet de loi sur la bioéthique.

► Valérie Boyer

Pour la députée des Bouches-du-Rhône, Valérie Boyer, ce n'est pas non plus une « intention politique », mais elle est absolument débordée.

Rapporteure de la « proposition de loi modifiant certaines dispositions de la loi portant sur la réforme de l'hôpital et relative aux patients, à la santé et aux territoires », elle doit mener « des auditions de pharmaciens, de biologistes, de prothésistes dentaires… »

► François Loos

François Loos, ancien ministre et député radical du Bas-Rhin, a des auditions à la commission des affaires économiques à l'Assemblée. « Sécurité et financement des réseaux de distribution d'électricité et de gaz », peut-on lire sur l'agenda de cette commission.

► Nicole Ameline

L'ancienne ministre de la Parité et députée (libérale) du Calvados Nicole Ameline ne souhaite pas mettre en avant un engagement particulier ; « c'est tout son agenda qui est très chargé », rapporte l'une de ses collaboratrices. Mais :

« Elle fait toute confiance à Jean-François Copé pour passer très vite à un autre sujet plus fédérateur pour la majorité et les Français. »

► Rachida Dati

Rachida Dati au Campus des Jeunes UMP en 2008 (Audrey Cerdan/Rue89).Rachida Dati, elle, ne s'est même pas posé la question de sa participation à la convention sur la laïcité, explique son directeur de cabinet, puisque « depuis le début, on sait que ce sera le 5 avril », c'est-à-dire un mardi. Or le mardi, c'est sacré : il y a session parlementaire à Strasbourg.

« Ils ont renforcé les contrôles de présence, ceux qui n'y vont pas ont des amendes, des pénalités. »

► Jean-Pierre Audy

Jean-Pierre Audy, le président de la délégation française au sein du Parti populaire européen (PPE), se doit aussi d'y être présent « pour conduire les votes ».

► Brice Hortefeux

Les eurodéputés français de droite vont donc faire preuve d'une exceptionnelle assiduité au Parlement européen. Mais leur confortable excuse risque aussi d'être torpillée par Brice Hortefeux.

Celui qui vient de récupérer son siège de député européen « est en train de s'organiser pour faire les deux : Strasbourg et le débat ».

Brice Hortefeux aux Journées parlementaires UMP en 2009 (Audrey Cerdan/Rue89).

► Et les autres…

Restent tous ceux qui, décidément, ont un mal fou à organiser leur semaine et réservent leur réponse. C'est le cas de Françoise de Panafieu, Hervé Gaymard, Jean-Claude Gaudin… Piscine ou macramé ? On a hâte de savoir ce qu'ils nous réservent.

Photos : Bernard Accoyer au conseil national de l'UMP à Paris, le 30 janvier 2010 (Audrey Cerdan/Rue89) ; Philippe Marini et Brice Hortefeux aux Journées parlementaires UMP en 2009 (Audrey Cerdan/Rue89) ; Jean-Pierre Raffarin et Rachida Dati au Campus des Jeunes UMP en 2008 (Audrey Cerdan/Rue89).

Publié dans liberté

Commenter cet article