LA POLITIQUE DES QUOTAS ?

Publié le par jack palmer

Ou comment les politiques abordent la question de la sécurité routière.

Tel un directeur commercial qui motive ses troupes entre la carotte et le bâton, l'article de motomag sur le quota des amendes policières est affligeant. Non pour son côté quota : il est maintenant de notoriété publique que selon les % de PV par rapport à l'objectif fixé, le gendarme ou policier est plus ou moins bien noté. Même les préfets ont une prime à l'objectif dont la sécurité routière est un des éléments essentiels. Mais là, on va plus loin : on segmente, on saucissonne, on discrimine diront certains, non sans raison. Nouveau jeu de société donc : tu es gendarme, reçoit des ordres du commandant pour faire 20 % de PV en plus chez les motards, 100% d'infraction lié à la drogue (autant dire au cannabis), etc. Ce qui me dérange, outre le caractère fortement discriminatoire, c'est que le gendarme n'a pas d'autre choix (ou alors il devient contestataire) d'obtempérer et de coller un papillon coûte que coûte aux motards. Il atteindra alors son objectif. Il délaissera certaines infractions pour aller chercher la petite bête (par exemple une plaque d'immatriculation hors norme qui n'a jamais été un facteur accidentogène) chez le motard. Même commercialement, la politique d'objectif, si elle n'est pas inscrite dans un cadre global de meilleur service rendu, m'a toujours choqué. Alors, segmenter de la sorte et appliquer au domaine de la sécurité routière, c'est tout simplement désopilant. C'est ça notre projet de société ?
Bonne lecture
Laurent lesmotards.com

Publié dans Présidentielle 2012

Commenter cet article