La fin des casses automobiles sur la N 7

Publié le par jack palmer


Une page se tourne.Avec les travaux du futur tramway T7, ce qui fut l’endroit le plus couru d’Ile-de-France pour trouver une pièce détachée est voué à disparaître.

 

C’était le paradis des rétros cassés, des portières défoncées, La Mecque des capots accidentés. Mais, de Vitry à Chevilly, la D 7 (ex-nationale 7), connue dans toute l’Ile-de-France pour sa succession de casses automobiles à la sortie de Paris, a perdu sa réputation d’antan. Les uns après les autres, les « casseurs » désertent, de mauvaise grâce, les bords de la route des vacances qu’ils avaient investis après la Seconde Guerre mondiale.


Une hécatombe qui s’accélère ce mois-ci avec le début des travaux du tramway T7 prévu en janvier et les expropriations à la chaîne des vastes sites occupés depuis des décennies par ces sociétés d’achat et vente de véhicules accidentés.
« C’est la fin d’une époque ! » fulmine Jacques Demure, gérant de la société Dem’s , qui doit évacuer son site de « recyclage agréé » sur 5000 m2 à Chevilly. « La N 7, c’était comme les puces de Saint-Ouen. On y venait en famille le week-end », poursuit le chef d’entreprise qui peste contre les « indemnités ridicules » versées lors de l’expropriation et le peu de considération réservée aux « recycleurs » qui employaient pourtant « des centaines de personnes ».
« Pour garder 2 x 2 voies sur la D 7 et permettre le passage du tramway, on a été obligés de rogner sur les trottoirs et d’exproprier un certain nombre de constructions », justifie-t-on à la RATP, avant de glisser : « D’ailleurs, cela n’a pas été pour déplaire à certains maires. » Comme Christian Hervy, maire PC de Chevilly-Larue, qui se félicite du départ de ces sociétés et, par la même occasion, de la fin de nombreuses nuisances. « L’entrée de ville de Chevilly va prendre une nouvelle allure, se réjouit-il, évoquant les perturbations infernales liées aux casseurs. C’était le règne de la mécanique sauvage, vilipende-t-il. Sans cesse, c’était des conflits de stationnement et de circulation sur la N 7, des gens qui se tapaient dessus, des voitures défoncées garées n’importe où et il y avait même des travailleurs clandestins qui traînaient à la sortie des casses pour proposer leurs services. »
Seule une petite dizaine de sociétés s’accrochent encore aujourd’hui aux bords de la route mythique. « Mais la N 7, ce n’est plus comme avant, déplore-t-on aux établissements D. Antonelli et à la SARL Auto 55 fils à Thiais. Avec le départ des nombreuses sociétés de Vitry, entre janvier et juillet 2010, les gens ne viennent plus de loin comme avant chercher leur rétro. Ils réservent beaucoup sur Internet. » Certains, comme le gérant de la SARL Auto 55 fils, évoquent aussi le durcissement de la législation qui ne permet plus de vendre aux particuliers. Après leur départ de la N 7, de nombreux établissements se réinstallent sur la N 20 (Essonne) à la hauteur de Montlhéry, Ballainvilliers ou encore Massy. Les anciens terrains des casseurs sont en cours de dépollution. Puis la page sera définitivement tournée.
BÉRANGÈRE LEPETIT

 

Publié dans On se parle

Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :

Commenter cet article