Couvre feu pour les mineurs ....

Publié le par jack palmer

« La Surenchère répressive n’a pas d’effet sur la délinquance »

Par : Bureau de presse
Mis en ligne : 4 novembre
Partager :
Thèmes : Droits|Justice|Jeunesse

Le ministre de l’Intérieur vient une nouvelle fois de cibler les mineurs : ceux délinquants de moins de 13 ans pour lesquels il « réfléchit » à un couvre-feu.

Cette « réflexion » est à mettre en relation avec la future loi sur les bandes qui va être examinée par le Sénat dans quelques jours car le ministre a rappelé, chiffre à l’appui, que « 48% des personnes identifiées comme membres d’une bande violente sont des mineur(e)s », mais aussi sur les 2500 personnes formellement identifiées comme faisant partie d’une bande violente, 11% ont moins de 13 ans". On peut d’ailleurs s’étonner de la précision de ces chiffres qui semblent tomber du ciel.

M Hortefeux sait bien qu’une telle mesure est, dans les faits, inapplicable : comment reconnaître un enfant qui a commis un délit d’un autre ? Ses propos ressortent en réalité de la volonté de faire croire que seule la surenchère répressive peut produire des effets, dans la logique de la politique menée toutes ces dernières années, pourtant restée sans effet sur la délinquance.

Il s’agit donc d’une énième tentative de reprendre en moins un thème porteur de l’UMP, la sécurité, après M Eric Besson est sa « consultation citoyenne » sur l’identité nationale, et ce à la veille d’une échéance électorale.

Comme souvent à la suite de cette réflexion, il est à craindre un projet de loi qui va une fois de plus stigmatiser la jeunesse mais qui ne va en rien régler une situation pourtant très délicate.

Rappelons que, ces dernières années, des tribunaux administratifs ont invalidé des arrêtés municipaux instaurant des couvre-feu pris à l’encontre des mineurs ce qui montre bien la limite de la démagogie sécuritaire.

Il s’agit donc d’une proposition très dangereuse qui fait suite à une radicalisation du gouvernement sur les questions sécuritaires qui doit donc être fortement combattue.

Eliane Assassi, Sénatrice de Seine-Saint-Denis et membre du Conseil national du PCF

Paris, le 4 novembre 2009.

Publié dans liberté

Commenter cet article