Boissy-Saint-Léger : prison avec sursis après une rixe

Publié le par jack palmer


Deux jeunes hommes et une femme de 36 ans ont été condamnés lundi à Créteil à des peines de prison allant de 3 à 6 mois de prison avec sursis pour des délits commis en marge d'une rixe ayant opposé une centaine de personnes samedi soir à Boissy-Saint-Léger (Val-de-Marne).

Inconnus des services de police, Fabrice B.âgé de 20 ans, et Mamadou D., 22 ans, avaient été interpellés en possession respectivement d'un pistolet à impulsion électrique Taser et d'un cran d'arrêt. Ils ont été condamnés à trois mois de prison avec sursis pour port d'. Le substitut du procureur, Olivier Bonithon, avait requis à leur encontre 12 mois de prison ferme dont six avec sursis.

Jugée notamment pour «violences avec armes», Marie-Thérèse A. s'était, elle, rendue sur les lieux de la rixe armée d'un couteau de cuisine 30 cm parce qu'elle disait craindre pour la sécurité de son neveu. Elle avait alors menacé de s'en prendre aux policiers présents sur place avant de les insulter et de s'opposer à son interpellation.

Secouée par les sanglots à l'audience, cette serveuse à temps partiel et mère de quatre enfants a écopé de 6 mois avec sursis. Le ministère public réclamait 2 ans de prison dont 18 avec sursis. Egalement interpellés samedi, quatre mineurs ont été mis en examen lundi pour port d'armes par un juge des enfants, a-t-on appris de source judiciaire.

Les affrontements avaient éclaté samedi vers 20 heures après que plusieurs personnes se furent vu refuser l'entrée à un concert de hip hop par manque de place. Un jeune de 18 ans avait été légèrement blessé. La police avait procédé à une centaine d'interpellations et placé en garde à vue une quarantaine de personnes, dont 23 mineurs. Quatre couteaux, des bombes lacrymogènes, un marteau, une matraque télescopique et un pistolet à impulsions électriques ont été saisis.

01.02.2010, 20h47

 

Commentaire acide.

Et pendant ce temps-là, la Milice Punicipale met des PV le long du Boulevard de la Gare, tout simplement, comme si leur rôle était de remplir les caisses de la commune(au vu des habitants sanctionnés). Dégueulasse, effectivement, car aucune justification commerciale de faire perdurer une zone bleue sur la longueur de cette rue or, relire le début.

 

Ce qui s'est passé à la Gare de Boissy samedi soir, aurait pu dégéner si la police nationale n' était intervenue très rapidement pour séparer deux groupes de jeunes qui voulaient en découdre. Et c'est bien, car inscrit dans leur mission de service public. Quid de NOTRE police municipale, installée par l'UMP du dernier mandat, mais glorifiée par le PS du mandat actuel(collusion ?).

Le parvis de la Gare devrait redevenir ce pour quoi il a été aménagé par la Région, un échange rapide entre les modes de transports différents. Ouf, dirons-nous, car ces derniers temps, cet endroit est devenu le squat des petites frappes qui remontent de la "cité", pour y vendre un peu de "shit", voir agresser d'autres mômes qui rentrent tranquillement chez eux. Actuellement, on arrive dans un lieu de non droit, ou le voyageur pressé de rentrer doit s'excuser pour pouvoir sortir de la gare.

En attendant, pour avoir un ados confrontés à deux agressions en deux mois, et se faire voler son téléphone après s'être fait vider les poches, j'imagine que des éducateurs (en uniforme ou en civil auraient leur place parmi ces mômes en déshérences, tous les soirs à partir de 17h. Je ne parle même pas du personnel de la gare, qui assiste passivement aux allées et venus, voir ne les empêchant même pas de prendre les appareils tripodes comme table de cuisine pour déguster les immondes "grecs" vendus aux abords de la gare, bien sur.

Voilà Monsieur le maire une des priorités de votre équipe municipale, pour que la gare de Boissy ne devienne pas la gare de Saint Denis tant décriée par le Parisien Libéré à la fin de l'automne dernier. Et que l’on n’invoque pas le manque de budget, car il existe bien pour rémunérer les fonctionnaires en bleu, qui comme un seul homme descendaient Lundi matin pour faire une petite tournée à pied, direction la Gare.

Ne rien faire est et restera coupable aux yeux de vos administrés dont je me fait un peu l'écho. Suffit de rester quelques instants le matin au Relay H de la gare, et d'y revenir après 17h.

Publié dans Boissy

Commenter cet article

???????????? 17/03/2016 00:38

où est liberté,égalité,fraternité?