94 Le PC se renforce

Publié le par jack palmer

En gagnant un siège au Parti socialiste, le Parti communiste est le grand vainqueur de ces cantonales. Le rapport de force entre la gauche et la droite ne change pas.

 

Le Val-de-Marne reste communiste. Hier, le second tour des élections cantonales a une nouvelle fois consacré le PC à la tête du département. Une hégémonie qui dure maintenant depuis 1976. Face à la tentative des socialistes et des écologistes de s’emparer du département, les communistes font mieux que résister.

Non seulement ils conservent facilement leurs dix conseillers généraux sortants mais surtout ils gagnent un canton : Villeneuve-Saint-Georges-Centre.

Sur cette ancienne circonscription socialiste, le duel des fronts entre le Front de gauche et le Front national a tourné à l’avantage de la gauche. Oublié les rêves de conquête du PS et d’EELV. Au final, les premiers perdent un élu et les écologistes ne renforcent pas leur influence au sein de l’assemblée départementale. Leurs trois derniers candidats qui se sont maintenus face au PC ont tous été battus. Même sanction pour les huit représentants du FN. Malgré son score historique du premier tour, le parti d’extrême droite n’aura pas d’élu au conseil général. Les surprises sont venues de la droite.

A Chennevières, en battant le maire UMP, le MoDem fait son grand retour au conseil général. Quant à Saint-Maur-Centre, le parti présidentiel échoue dans sa tentative de reconquête du canton. La candidate du maire, Stéphanie Chupin, est devancée de 164 voix par le conseiller général sortant divers droite Nicolas Claudong. Enfin, à noter un nouveau record d’abstention, 64,02 %, contre 63,71 % la semaine dernière.

L’installation du nouveau conseil général se déroulera jeudi .

Le Parisien

 

« Le Parisien » passe en revue les vingt-cinq cantons soumis à renouvellement lors des élections cantonales des 20 et 27 mars. Aujourd’hui, zoom sur Bonneuil et Cachan.

Quoi qu’il arrive, le canton de Bonneuil aura un nouveau conseiller général. Elue depuis 1998, Danielle Maréchale (PC), ancienne institutrice de 67 ans, passe la main.Un départ qui donne l’occasion à l’histoire de bégayer. Il y a treize ans, l’élue communiste succédait à l’ancien maire de Bonneuil, Bernard Ywanne, à l’assemblée départementale. Cette fois, c’est Patrick Douet (PC), à la tête de la ville depuis 2004, qui pourrait entrer au conseil général. « Je suis très confiant, résume l’édile, soutenu par le Front de gauche. Les récentes élections me donnent raison. »

Lors des dernières cantonales, Danielle Maréchale avait rassemblé au premier tour 29,5% des suffrages devant le Parti socialiste (21,4%) et les Verts (7,6%). Sept ans et quelques calculs plus tard, le PS et Europe Ecologie-les Verts (EELV) ont décidé de présenter une candidature unique. Pourtant, et c’est bien là le paradoxe, les deux partis apparaissent affaiblis pour entamer ce premier tour. C’est tout d’abord, Akli Mellouli, investi par le PS et EELV, qui a vu sa candidature invalidée. Le Code électoral stipule en effet que les membres du cabinet du conseil régional ne peuvent pas être élus au conseil général dans la circonscription où ils exercent ou ont exercé depuis moins de six mois. Or, Akli Mellouli est conseiller au cabinet de Jean-Paul Huchon, président socialiste de la région Ile-de-France.

C’est à Christine Moreau, adjointe PS de Bonneuil, qu’est échu la lourde tâche de reprendre au pied levé la campagne. L’élue devra notamment batailler contre Sabri Mekri, candidat écologiste dissident. « C’est nous qui avons la meilleure chance, assure Jean Chagny, le patron des écolos de Bonneuil. On ne se désistera pas au second tour, on y va pour gagner. » Une candidature qui pourrait entraîner leur exclusion d’Europe Ecologie-les Verts. Une réunion devait se tenir hier soir sur le sujet. Une situation dont espère profiter la droite, et notamment Hervé Charie-Marsaines, chrétien-démocrate, soutenu par l’UMP et le Nouveau Centre.

En 2004, le parti présidentiel et l’UDF, partis chacun de leurs côtés, avaient récolté 24,5% des voix. A noter aussi la candidature de Philippe Rault, un des trois représentants du Rassemblement pour la France (RPF) pour ces cantonales dans le Val-de-Marne. Enfin, c’est Virginie Recher, qui portera les couleurs du Front national. En 2004, le FN avait dépassé les 10% des voix sur Bonneuil (12,1%).

 

Publié dans Cantonales 2011

Commenter cet article