Communiqué de rentrée de la FCPE Val-de-Marne

Publié le par jack palmer


La FCPE 94 fait sa conférence de rentrée devant l’Intermarché de Villeneuve-le-Roi,

Le vendredi 4 septembre 2009, à 11H30.

 

Monsieur Chatel, « l’essentiel de la rentrée », ne serait-il pas d’arrêter de brader le service public de l’éducation ? Selon un sondage IFOP de juin dernier, ¾ des français se disent pessimistes sur l’avenir des jeunes. De quoi donner matière à réflexion à Monsieur Luc Chatel, Ministre de l’éducation, qui se dit lui, confiant et prêt à poursuivre les réformes engagées par son prédécesseur.

 

Le thème de la crise et le coût des fournitures scolaires a permis au Ministre, d’orchestrer sa rentrée sur l’air de « tout va pour le mieux », devant un supermarché de la ville de Villeneuve-le-Roi. Pourtant si la question de la gratuité de l’éducation est une préoccupation réelle et un objectif à poursuivre, l’inquiétude des parents  sur l’avenir des jeunes, dépasse largement la mise en scène que s’est offerte Monsieur le Ministre. Ainsi en Val-de-Marne, ce sont des centaines de jeunes qui sont encore à la recherche d’un établissement pour poursuivre leur scolarité.

 

Il est nécessaire de rappeler que cette rentrée s’effectue dans le cadre de la suppression de 13.500 postes d’enseignants, et que de nouvelles suppressions sont à venir pour la rentrée prochaine.

 

Dans ces conditions, comment donner un nouvel élan à l’école maternelle, comme le prétend Monsieur le Ministre ? En y affectant quels personnels ? À quels enseignants dispenser de la formation ? Force est de constater que la baisse de la scolarisation des 2-3 ans se poursuit chaque année, laissant les parents sans solution et les enfants privés des bénéfices d’une scolarisation précoce.

 

Rappelons aussi que cette rentrée, ce sont plus de 30.000 licenciements de personnels AVS et EVS (auxiliaires de vie scolaire et emplois de vie scolaire) qui étaient employés dans les écoles sur des contrats aidés, et notamment auprès des enfants en situation de handicap.

 

Les parents d’élèves qui se sont battus avec les enseignants, pour défendre l’enseignement spécialisé dans les écoles, trouvent toujours aussi inadmissible la disparition programmée des postes d’enseignants du RASED qui luttent contre l’échec scolaire. Aujourd’hui encore des enseignants désobéisseurs continuent à refuser de mettre en application le fichier Base élèves, ainsi que d’appliquer l’aide personnalisée, qui a eu notamment pour conséquence la suppression des heures du samedi matin pour tous les élèves. Ces enseignants sont sanctionnés.

 

Au vu de tous ces éléments, il est légitime de se demander si une rentrée du Ministre devant un supermarché, n’annonce pas une grande braderie de l’éducation, avant complète liquidation.

 

Vitry, le 2 septembre 2009

 

Contacts :

Alain Buch, Président 06.71.51.17.94, Anne Reyssiot, secrétaire générale 01.48.53.14.65

Publié dans Boissy

Commenter cet article