D’ici le 7 juin, créer une chaîne humaine

Publié le par jack palmer


Dans « Communistes » N° 350


Par : Communistes (journal) Mis en ligne : 26 mai
A dix jours du scrutin, Pierre Laurent, pour la direction du PCF, évoque l’état de la campagne, la mobilisation pour les listes Front de gauche ; il insiste sur l’importance des “petits“ gestes militants et parle de l’après-7 juin.

Communistes : Quel regard porter sur cette étape de la campagne  ?

Pierre Laurent : Le climat est en train de changer. La campagne médiatique a démarré, après une si longue ignorance de l’élection. Je crois que nous allons rencontrer beaucoup de gens, dans ces derniers jours, qui se demandent s’ils vont voter, s’ils ont une bonne raison d’aller voter. C’est vrai parmi les électeurs de gauche, qui voient Nicolas Sarkozy occuper tout le terrain. Ils s’interrogent sur l’utilité de leur vote dans ces circonstances.

La dernière partie de la campagne va donc se jouer sur cette question : est-ce que j’ai une raison, et laquelle, de me déplacer le 7 juin ? Quelle est l’utilité, pour moi, du vote que j’émettrai ce jour là  ? Des millions de gens vont se poser cette question alors qu’ils découvrent, pour beaucoup, la tenue du scrutin.

Communistes : Dans ce cadre, comment apprécier la campagne des listes Front de gauche ?

Pierre Laurent : Je crois qu’elle a marqué des points. Toutes les enquêtes d’opinion confirment que les seules listes, à gauche, qui sont en progrès dans les intentions de vote sont les listes du Front de gauche. Il y a de l’intérêt, un petit début de dynamique autour de ces listes. D’autres listes qui longtemps les ont ignorées tentent maintenant de répondre à leurs propos. Les arguments forts du Front de gauche qui ont permis de marquer ces premiers points sont décisifs en cette fin de campagne.

L’élection est européenne, elle a un enjeu important. Le 7 juin, il va s’agir d’élire des députés utiles à gauche, qui soient des combattants contre les politiques libérales ; nous récusons l’argument selon lequel il serait inutile de voter pour ce que certains appellent les “petites listes” ; dans le mode de scrutin actuel, renforcer le vote pour les “grandes” listes, c’est en fait donner des députés supplémentaires à la droite, UMP ou Modem. A 6 ou 7 %, les listes du Front peuvent avoir des élus dont la présence au Parlement européen sera très utile pour les luttes sociales, utile pour faire des propositions concrètes susceptibles de marquer le futur de la construction européenne.

Communistes : Comment définir les priorités d’action militante pour ces derniers jours ?

Pierre Laurent : Mener une campagne de proximité, de contacts directs avec le maximum d’électeurs ; beaucoup se demandent encore s’ils vont aller voter et pour qui ? C’est bien la chaîne humaine que nous serons capables de créer ces derniers jours qui va être très importante. Tous les petits gestes militants qui permettront d’entrer en contact avec le plus grand nombre de gens vont être utiles : contacts téléphoniques, SMS, ou contacts directs : porte à porte, rencontres de proximité. C’est sur cette mobilisation militante que va se jouer la mobilisation électorale et le résultat de l’élection.

Communistes : Dans les réunions publiques, des questions portent parfois sur l’après-7 juin et l’avenir du Front de gauche. Que répondre ?

Pierre Laurent : Je suis intervenu sur cette question à la dernière réunion du Comité national : avec la démarche du Front de gauche, nous sommes - et nous serons pour la suite - fidèles à nos choix de congrès. La question qui se posera pour la suite sera d’amplifier l’effort de rassemblement pour faire bouger toute la gauche, jusqu’à créer les conditions d’une alternative politique majoritaire. Ce que nous aurons été capables de faire bouger pèsera car nous ne sommes pas seuls dans le paysage politique. Il ne faudra évidemment pas tourner la page de ce que nous entreprenons, mais il ne suffira pas non plus de la répéter. Il faudra analyser la situation créée, les échéances à affronter, le positionnement des autres, et décliner de la manière la plus efficace possible dans ces conditions notre effort de rassemblement, avec toujours le même objectif : le porter le plus loin possible à gauche sur des contenus porteurs de solutions à la crise.

Propos recueillis par Gérard Streiff

Publié dans Europe

Commenter cet article