Réforme du permis de conduire : mesurettes et bachotage

Publié le par jack palmer


Le gouvernement a mis plus d’un an à pondre sa réforme du permis de conduire, pour finalement accoucher de promesses improbables. Attention danger, on privilégie le bachotage à la sécurité routière…


 Enfin ! Le Premier ministre a annoncé, mardi matin, la réforme du permis de conduire qu’attendaient les professionnels depuis plus d’un an. La mesure a été maintes fois reportée durant l’année 2008.

 En coulisse, on attribuait ces atermoiements à la mainmise du président de la République, qui veut avoir un œil sur tous les dossiers… Finalement, c’est le Premier ministre François Fillon qui a présenté le texte. Peut-être parce que, en définitive, la montagne a accouché d’une souris…

Rafistolage

 François Fillon a ainsi énuméré quinze rafistolages destinés à colmater les brèches.

Car certains candidats attendent jusqu’à 8 mois le droit de passer l’examen.

Afin de palier les retards, Fillon a annoncé la création de 370.000 places de candidats en 3 ans, grâce à la formation de 55 nouveaux inspecteurs.


Réforme du permis de conduire : mesurettes et bachotage L’Association Prévention Routière elle-même a réservé un accueil mitigé à cette "annonce d’effet". Et ça, c’est un signe ! Source : http://www.preventionroutiere.asso.fr/default.aspx Accueil Site > Espace presse > Communiqués et dossiers de presse > (...)

Et bientôt, la loi du talion...

La vraie mesure sur le permis de conduire est peut-être celle que l’on n’attendait pas. François Fillon a officialisé sans ciller ce que Nicolas Sarkozy avait promis en fin d’année : dans le cadre du projet de loi d’orientation et de programmation pour la sécurité intérieure, une nouvelle peine sera appliquée aux auteurs volontaires d’incendies de véhicules.

 Ils se verront interdits de conduire ou de passer le permis durant 5 ans, cette interdiction pouvant même durer tant que l’indemnisation n’a pas été versée à la victime ! La répression à outrance se cache partout, surtout derrière un train de mesures censées être pédagogiques…

Consultez aussi :


 Un chiffre des plus optimistes... « Ils ne formeront même pas un inspecteur supplémentaire par département, et c’est sur 3 ans », s’insurge France Wolf, membre du bureau national de la FFMC mais aussi gérante de l’école de conduite Serrier, à Nancy (Meurthe-et-Moselle).

Permis à 1 euro

 Côté finances, le permis étant très cher, le gouvernement a annoncé que le fond de cohésion sociale prendra en charge la caution du prêt pour le permis à un euro par jour.

 Là encore, ça bloque au niveau des associations : « Une vraie mesure pour réduire le prix du permis aurait consisté à réduire la TVA sur les prestations des écoles de 19,6 % à 5,5 %, commente France Wolf. Mais, dans ce dossier comme dans de nombreux autres, le gouvernement avance des "mesurettes" qui ne sont essentiellement que des effets d’annonce. »

 On dit qu’on réforme, mais dans le fond, on ne réforme pas… Le Comité interministériel sur la sécurité routière (CISR) s’est bien gardé de toucher au contenu de la formation, ce qui devrait aboutir à confirmer que le permis, pourtant l’examen le plus important de France, se résume à du bachotage.

 « Ils affirment qu’on passera l’épreuve du Code de la route sur un ordinateur dans trois ans, examine France Wolf. En 2002, quand on est passé des diapositives au DVD, ça avait coûté des millions et l’organisation n’avait pas suivi. Alors les ordinateurs… »

Continuum éducatif

 Quant au continuum éducatif, le gouvernement explique qu’un rendez-vous de suivi post-permis pourrait être instauré. Et va se tourner vers les assureurs, à qui il va demander de financer ce rendez-vous. Les discussions n’en sont qu’à leurs balbutiements...

 Le seul point positif reste le développement et l’encouragement de la conduite accompagnée, qui permet aux jeunes de progresser et d’apprendre en situation. Une personne ayant raté l’examen pourra tout de même conduire si elle est accompagnée d’un conducteur expérimenté. Mais ce n’est pas suffisant.

En « off », certains inspecteurs affirment que des consignes sont données pour être plus tolérant avec les élèves. Là est la vraie réforme : laisser circuler des conducteurs mal formés… « Les usagers vulnérables en deux-roues vont faire les frais d’un permis favorisant le bachotage », conclut France Wolf.

Car sur la route, le manque d’expérience se paie cash.

Nicolas Grumel

En 2009 : je suis motard, donc j’agis !

Pour défendre leurs droits, agir pour la sécurité et la liberté, renforcer la solidarité, les motards ont créé une organisation pour être plus fort : la Fédération française des motards en colère était née. Elle n’existe donc qu’avec les motard(e)s...

La FFMC, c’est vos idées, votre passion, soutenez-la en y adhérant !


Publié dans Société Politique

Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :

Commenter cet article