Lycées, travail le dimanche : premiers reculs

Publié le par jack palmer

Sur ces deux réformes, pas de reculade jure le gouvernement, juste des adaptations. Bel exercice sémantique pour masquer que Nicolas Sarkozy, après avoir surfé sur sa présidence européenne, doit revenir à la réalité du pays.

"Il n’y a pas de changement de cap, il n’y a pas de reculade, il y a une adaptation", a assuré mardi sur France 2 Nadine Morano, secrétaire d’Etat chargée de la Famille, à propos des dossiers critiqués du travail dominical et de la réforme du lycée.

Concernant le compromis sur la réforme du travail dominical qui s’est dessiné au sein de la majorité UMP lors d’une réunion de conciliation, lundi soir à l’Elysée, Mme Morano a déclaré qu’il s’agissait d’une "démarche d’adaptation, d’assouplissement, de pragmatisme".

"Nous sommes arrivés à une solution de compromis", le passage de cinq à dix maximum du nombre de dimanches qu’un maire pourra autoriser à travailler dans sa commune, "c’est à la fois plus de souplesse, plus d’adaptation au terrain et à la réalité", a-t-elle ajouté.

Interrogée sur la mise entre parenthèses du projet de réforme des lycées du ministre de l’Education nationale Xavier Darcos, Nadine Morano a fait valoir que "nous sommes dans une situation où il faut s’adapter, il y a un mouvement fort, il y a une situation économique fragile", comme si la crise avait un rapport quelconque avec la réforme des lycées.

Rappelant que Xavier Darcos "avait réformé énormément", elle a ajouté que dans le cas de la réforme du lycée, "il faut d’abord faire reculer le mensonge, la désinformation qui circulent parmi les lycéens".

"Nicolas Sarkozy est un bon pilote, qui sait accélérer quand il le faut. Lorsque vous avez un virage plus difficile à prendre, il faut savoir adapter sa vitesse, savoir être pragmatique", a-t-elle dit.

Même son de cloche chez le président du groupe UMP Jean-François Copé. "On a avancé puisque, lorsque cette loi sera votée, on pourra plus aisément travailler le dimanche qu’aujourd’hui, mais je pense que c’est une étape et il faut continuer d’y travailler", a déclaré Copé sur RTL.

Le député de Seine-et-Marne a souligné qu’il y avait "deux avancées et une concession" dans sa proposition : l’élargissement des zones touristiques et la régularisation de la situation des zones où les commerces sont déjà ouverts le dimanche, d’un côté, et de l’autre, l’ouverture des commerces 5 à 10 dimanches par an dans toute la France et non tous les dimanches dans les quatre plus grandes villes. Lille, ville frontalière, bénéficiera d’un statut "ad hoc".

Le nombre des députés UMP opposés à la réforme "était suffisamment important pour justifier qu’on ait un vrai débat sans que ce soit un psychodrame", a-t-il concédé.

Les autres articles :

Publié dans Plan de relance du PCF

Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :

Commenter cet article