Déclaration concernant la poste en Conseil Municipal.

Publié le par jack palmer

Monsieur le Maire, mesdames et messieurs les Conseillers municipaux, c’est le militant syndical et politique, mais aussi POSTIER (retraité) qui voudrait s’adresser solennellement à vous tous.
Sous prétexte d’adaptation à la réglementation européenne, le gouvernement se propose de changer le statut de la poste et d’en ouvrir le capital. Personne n’est dupe après l’expérience de Franc Télécoms, il s’agit de privatiser la Poste.
Sans doute, face à l’immense opposition de la population (plus de 65%), qui donne une confiance confirmée à la Poste, dans cette période de crise. Le pouvoir manœuvre pour démobiliser et laisser passer l’orage. C’est ainsi que dimanche 09 Novembre, Henri GUAINO, conseiller très spécial du Président de la République a pu dire « il n’est plus question, pour l’instant d’ouvrir le capital », mais quelques heures plus tard, ce cher conseiller vraiment très spécial, précisait « rien n’est changé, le projet est à l’étude ».
Plus que jamais, il est nécessaire d’entreprendre des actions qui rassemblent le plus largement les usagers, les postiers et les élus. Déjà, des centaines de Comité de Soutien se constituent. Des centaines de vœux sortent de Conseils Municipaux.
300 000 signatures ont été déposées par la CGT, il y a deux jours à l’ Elysée.
Tous les syndicats de la Poste appellent à une journée nationale d’action, le samedi 22 Novembre 2008, permettant de rassembler, postiers, usagers et élus pour :
-    Opposition à la privatisation de la Poste.
-    Développer un service public postal rénové et modernisé.
-    Assurer l’avenir de la Poste et de son personnel
La crise actuelle du système capitaliste a au moins le mérite de nous obliger à chercher de véritables remèdes.
L’idée de la Poste faisant partie « d’un pôle financier public »
susceptible de protéger l’épargne populaire
et d’intervenir efficacement en faveur du développement économique et industriel, ainsi que des collectivités locales. 
Cette idée a été avancée au cours d’une réunion publique tenue avant hier à la Haie Griselle, avec un économiste communiste.
En attendant, il y a urgence d’en finir avec ces « réorganisations » perpétuelles qui pénalisent les postiers et les usagers.
Toujours peu de quartier à découvert, toujours plus de temps de queue au guichet.
En ce qui nous concerne localement, il y a le projet au 19 Janvier 2009, de rattacher « administrativement » le bureau de Bonneuil à celui de Boissy. Ce qui veut dire que le bureau de Bonneuil devient une annexe de Boissy, dans le même temps ou Bonneuil réclame un deuxième bureau. Les personnels pourront naviguer « de leur plein grès » entre Boissy et Bonneuil.
Que devient l’annexe déjà malmenée, de la rue de Paris dans ce micmac?
Les communistes n’acceptent pas ces projets et pensent qu’il faut donner les moyens à la Poste d’assurer un véritable service public.
Le président de la Poste, Jean Claude BAILLY  chiffre les besoins à 3,5 milliards d’euros.
Le gouvernement vient de montrer qu’il est capable de trouver plus de 360 milliards pour « les égarements » des banques. Et hier, notre président a lancé le chiffre de 800 milliards, le montant en dollars, des « créances pourries » affectant les banques européennes.
Les syndicats de la poste estiment que si l’état payait ses dette, les 3,5 milliards seraient vite trouvés.
J’en viens à ma proposition, pour notre municipalité de Boissy s’engageat contre cette réforme de la Poste, comme elle a su le faire pour les bureaux de la Caisse Primaire d’Assurance Maladie.
Pourquoi ne pas créer un comité de défense, informer la population et l’inviter à signer la pétition nationale, voir une pétition plus spécifique à Boissy.
Et pourquoi ne pas voter un vœu au Conseil Municipal du 5 Décembre.
Il y a vraiment urgence à agir vite dans le plus large rassemblement.
Merci de votre attention.
Pour le Parti Communiste de Boissy, René BAILLY.

Publié dans Boissy

Commenter cet article