La ligne A est saturée ...

Publié le par patrick

Ligne 13, ligne B, ligne A, même combat ?
En un mois, 10 000 signatures d'usagers mécontents des services de la ligne A.
Beau score pour cette pétition, mais quel est l'arbre qui cache la forêt ?
Un énième article du "Parisien Torturé" refait surface en polémiquant sur la surcharge de la ligne A du RER. Qu'en est-il exactement ?
Il est écrit en parlant du matériel roulant "... les vieilles rames aluminium datant de 1960 ..."
Contre vérité, pas de trains dits "aluminium" sur le réseau RATP. De plus, les plus anciennes rames sur cette ligne datent de 1967( 2 éléments sur 101 rames), les dernières ont été livrées en 1980. Depuis 2 ans, elles sont en réfection totale des caisses et planchers et rhabillage interne plus spacieux. Elles subissent une amélioration de la signalétique extérieure, et de l'ergonomie de la loge de conduite. Même si ces rames sont "anciennes", elles répondent au cahier des charges pour cette ligne, à contrario des rames à deux niveaux, faits de bric et de broc (loi Europénne des marchés oblige...), qui ne sont pas adaptées à des inter station rapprochées, même si 30% de voyageurs y sont "em-boités".
Déjà fin 1980, les personnels de maintenance ont alerté les pouvoirs publics en occupant tous les ateliers pendant 3 semaines. La réponse du gouvernemt de Giscard fut de lourdes mises à pied pour les responsables syndicaux, et des retards d'avancement (fichage). Ce ne fut qu'à la mise en place de Claude Quin par Charles Fiterman (tous deux communistes), que les choses ont commencé a bouger. Il fut commandé plus de 60 rames dites "MI84". Depuis à part la quinzaine de rames à deux niveaux payées par la Région, et les 40 premières financées par la RATP, rien n'a trop bougé malgrès les Km supplémentaires ouvert à l'exploitation du RER. En fait ce sont les conditions de travail des personnels mainteneurs qui se sont agravées. Jour(service en 2X8), nuits, week-ends, chasse aux temps morts et arrèts maladie, primes au "mérite", dépressions nerveuses récurentes et en forte augmentation, etc ...
Depuis ce vent de fronde "téléphoné", il se dit n'importe quoi, sauf que pour le personnel de conduite, ces "vieilles" rames leur vont très bien, ainsi que pour les voyageurs qui peuvent plus facilement faire leurs échanges en station. Le manque de rames ne date pas d'aujourd'hui, ni du transfert des compétences entre l'état et les collectivités. Le personnel de la RATP n'a eu de cesse a réclamer plus de rames sur cette ligne, comme sur la B, du reste. Et maintenant, la réponse des élus de tous bords (mais qui se déplacent en voiture, eux...) a été de faire travailler la nuit et en horaire atypique pour masquer la pénurie aux "clients-électeurs". Il faut quand même savoir que la ligne A, dans sa configuration actuelle ne peut supporter plus de rames, faute de place pour les garer. Alors, on fait comment ??? Maintenant que les conditions de travail du personnel de maintenance sont salement détériorées, que les faisceaux de garage sont saturés, et que l'essence est à plus de dix balles le litre ?????
Gouverner c'est prévoir, mais c'est aussi prendre en compte les revendications sérieuses émanant du personnel de cette grande entreprise qu'est la RATP, en commençant par mettre l'argent dans les transports publics, au détriment des bétonneurs d'autoroutes nourris grassement par les deniers de l'état (notre argent de contribuables) depuis trop longtemps.
Ils sont attachés aux missions de service public répondant aux besoins de transports d'aujourd' hui et anticiper ceux de demain, avec un maillage adapté aux besoins sans être obligé d'aller dans Paris pour rejoindre l'autre partie de notre département. La situation sur la ligne B à l'instar de ce qui doit être mis en oeuvre sur la ligne A, comme pour la désaturation de la ligne 13 du métro doivent être des axes de travail prioritaires permettant de répondre efficacement et de façon pérenne à des conditions de transport fortement dégradées qu'ont à subir quotidiennement les usagers (clients?). Or actuellement, à la RATP, les perspectives annoncées pour les anées à venir ne sont pas de nature à rassurer les usagers et constituent une véritable provocation pour les salariés. Et qu'en serat-il dans 5 ans ?
Légère mise au point pour éviter de crier avec les loups .... et de polémiquer de façon stérile, voir ci dessous, le communiqué de la CGT-RATP du 09/06/2006, déjà !
Cordialement
Patrick

POUR PLUS DE TRANSPORTS COLLECTIFS - le 09/06/2006

La Direction de la RATP, à grand renfort de battage médiatique, voudrait vous faire croire que les syndicats de la RATP, la CGT en tête, seraient contre toute offre de transports supplémentaire, contre le fait de travailler plus tard le soir, la nuit, les week-ends et jours fériés.
Cette situation est paradoxale quand on sait que la CGT/RATP n’a de cesse de revendiquer plus de services publics, plus de transports pour les franciliens à toute heure et chaque jour.
D’une idée généreuse : faire que les transports publics, la RATP offrent un service plus tard les samedis soirs et les veilles de fêtes pour la fin de l’année, élargi aux vendredis soirs en 2007, la RATP fait une opération de productivité inadmissible !
Notre direction voudrait « empocher » la subvention supplémentaire de la Région en réalisant ces transports à moyens quasi-constants, remettant en cause l’organisation du travail dans les secteurs d’exploitation et de maintenance de notre entreprise, dégradant nos conditions de travail, faisant supporter aux salariés des contraintes inadmissibles sur leur vie au seul but de nouveaux gains de productivité.
De plus, les usagers des petites et grandes couronnes ne bénéficieront pas de cette mesure, les RER en étant exclus !
Comble du cynisme : la RATP, désignée comme opérateur de transports, va sous-traiter avec des entreprises privées deux lignes de cars sur les axes de St Rémy les Chevreuse et de St Germain en Laye ! Comment ne pas y voir une tentative d’éclatement de la RATP, une fragilisation de l’entreprise, de nos réseaux et une menace à terme de privatisation de notre service public ?
La CGT/RATP revendique plus de transports collectifs, plus de services publics et aussi des moyens pour que ces derniers assument pleinement leur mission !
Aucune embauche n’est prévue pour accueillir les usagers supplémentaires et assurer leur sécurité, comme pour faire face à l’entretien des matériels roulants (bus, métros). Pour exemple, il n’est envisagé que 140 postes supplémentaires sur 2 ans alors que pour les seuls conducteurs de métros il faudra couvrir 210 services !
Les usagers et les agents du service public méritent autre chose que le mépris affiché et les provocations orchestrées par la direction de la RATP.
La CGT/RATP a interpellé la direction de la RATP, le Président de la Région et appelle les usagers à se mobiliser pour la défense et le développement du service public !

Publié dans Boissy

Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :

Commenter cet article